Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

Contribution à l'analyse de l'origine des difficultés individuelles d'accès aux mathématiques : importance de la fonction d'évaluation des quantités


Auteur(s) :  KUBRYK Gérard

Date de soutenance :  2021

Thèse délivrée par :  université Paris Nanterre

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Sous la direction de :  Olivier LAS VERGNAS

Jury de thèse :  Denis Legros ; Jean Heutte ; Sandra Jhean-Larose ; Maria jose Escalona Cuaresma

 

En partant des travaux sur la Catégorisation Scolaire Scientifique (CSS) et des causes de l’inefficacité des discours pour accroitre la diffusion de la Culture Scientifique et Technique (Las Vergnas, 2011), ce travail s’est intéressé aux difficultés d’apprentissage des mathématiques d’une large proportion de la population. Parmi les causes de l’inefficacité des discours, la famille des causes C1 « liées à l’individu » est celle qui a servi de base à cette recherche. Il est apparu rapidement qu’au-delà des causes « sociologiques » et des obstacles conatifs et scholastiques (Las Vergnas, 2011), l’analyse de la CSS devait prendre en compte les travaux attribuant les difficultés en mathématiques à des causes neurophysiologiques avec différentes étiologies (disfonctionnement de la fonction d’évaluation des quantités, angoisse vis-à-vis des mathématiques, conséquences de la catégorisation liée au genre, estime de soi, etc.).Certains auteurs attribuant même à certaines de ces causes une prédictivité précoce de l’aptitude aux mathématiques. A partir de ces constats, il a paru intéressant de faire deux expériences. La première, ayant pour but d’explorer les facteurs influençant la qualité de la fonction d’évaluation. La deuxième, pour but de vérifier si la corrélation entre les résultats produits par l’expérience 1 (fonction d’évaluation des quantités), et la façon dont les gens résolvaient des problèmes simples d’arithmétique existait et donc de vérifier la prédictivité de la fonction d’évaluation. Pour ce faire les énoncés avaient différentes formes (numérique, textuelle et graphique).La première expérience avait pour but, au-delà de la fonction d’évaluation, de trouver les facteurs ayant une influence sur elle. Les résultats d’une Analyse en Composantes Principales (ACP) ont montré que deux facteurs modifiaient notablement cette fonction à la fois en termes de qualité de réponse et de temps de réponse. Ces deux facteurs sont l’âge et le niveau d’étude. L’anxiété a une influence dans une proportion moindre. Les autres facteurs testés (type d’étude (littéraire, scientifique), latéralité, sexe) se sont révélés (dans cet ordre) de plus faible influence dans le plan principal de l’ACP.La deuxième expérience avait pour but elle, de vérifier s’il existait une corrélation entre la fonction d’évaluation telle que testée dans l’expérience 1 et la résolution de problèmes mathématiques simples en essayant de tester l’influence de la forme des énoncés. Les résultats n’ont pas été ceux attendus, la corrélation n’a pas été trouvée et l’influence de la forme des énoncés non plus. Cela a entrainé une réflexion toujours en cours sur la qualité du matériel expérimental qui avait été fabriqué pour cette expérience et sur la façon d’en refaire un autre de meilleure qualité.



URL :  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-03610127/document


mot(s) clé(s) :  évaluation, genre, mathématiques