Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici :

Le sexe, le genre et l'égalité (à l'école)


n° 140, mars 2022   

 

Auteur(s) :  Gaussel Marie

Télécharger la version intégrale du dossier (version PDF)   

Résumé : 

L’éducation à la sexualité est une question vive et pourtant ancienne. En France, l’obligation d’aborder la sexualité humaine dans les établissements scolaires s’est édifiée progressivement à travers un ensemble de textes officiels à partir de 1973 avec la loi dite Fontenet qui prescrivait à l’époque d’aborder la biologie des organes sexuels et les fonctions de reproduction. En 2001, la loi relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception rend obligatoires une information et une éducation à la sexualité auprès des élèves dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles et par groupes d’âge homogènes. Où en sommes-nous un peu plus de 20 ans après ? Comment cette éducation est-elle dispensée et surtout, quels en sont les contenus ?

En Europe, l’éducation sexuelle au sein des programmes scolaires a une histoire de plus d’un demi-siècle. Les objectifs de l’éducation sexuelle ont évolué en fonction des priorités en matière d’éducation et de santé publique, mais la plupart des éléments clés sont restés les mêmes. Elle a commencé par la prévention des grossesses non désirées (années 1960-1970), puis a transité vers la prévention du VIH (années 1980) et la sensibilisation aux abus sexuels (années 1990), pour finalement englober la prévention du sexisme, de l’homophobie et du harcèlement en ligne à partir des années 2000. Aujourd’hui, l’analyse des normes de genre et la réflexion sur les inégalités entre les sexes en sont des éléments fondamentaux. Malgré ces repères critiques, il semble que l’éducation à la sexualité ne répond pas suffisamment aux besoins des jeunes. Nous tentons de comprendre pourquoi dans ce Dossier de veille de l’IFÉ n°140.

À partir de travaux récents et/ou fondateurs, majoritairement francophones et anglophones, nous montrerons dans une première partie combien l’outil d’analyse que sont les rapports de genre nous permet de mieux comprendre les enjeux d’une éducation à la sexualité au prisme de l’égalité femme/homme. Une deuxième partie sera plus particulièrement consacrée aux modes de socialisation des adolescent·es en matière de sexualités et au consensus actuel, perçu comme obsolète, de centrer principalement l’éducation à la sexualité sur la transmission des faits biologiques, sur les interdits et sur les risques.



Abstract : 

Sexuality education is a vivid and yet long-standing issue. In France, the obligation to address human sexuality in schools has been built up progressively through a series of official texts since 1973 with the so-called Fontenet law, which at the time prescribed that the biology of sexual organs and the functions of reproduction be addressed. In 2001, the law on voluntary interruption of pregnancy and contraception was adopted, making it compulsory to provide information and education on sexuality to pupils in schools, colleges and lycées at a rate of at least three sessions per year and in homogeneous age groups. Where are we 20 years later? How is this education provided and, above all, what is its content?

In Europe, sex education in the school curriculum has a history of over half a century. Its aims have evolved in line with educational and public health priorities, but most of the key elements have remained the same. It started with the prevention of unwanted pregnancies (1960s-1970s), moved to HIV prevention (1980s) and sexual abuse awareness (1990s), and finally included the prevention of sexism, homophobia and online harassment from the 2000s. Today, the analysis of gender norms and reflection on gender inequalities are fundamental elements. Despite these critical elements, it seems that sexuality education does not sufficiently address the needs of young people. We try to understand why in this Dossier de veille de l’Ifé n° 140.

Based on recent research works, mainly francophone and anglophone, including lfounding texts on the feminist movement, which played a major role in the fight for gender equality, we will show in the first part how the analytical tool of gender relations enables us to better understand the issues of sexuality education from the perspective of gender equality. The second part will focus on the ways in which adolescents are socialised regarding sexuel matters and on the current consensus, which is perceived as obsolete, that sexuality education should only focus on the transmission of biological facts, on prohibitions and on risks.