Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Agenda des colloques » Détails du colloque

Pays : France  Langue(s) : français 

10e Congrès AFS, Lyon 2023 - Intersections, circulations (RT4)


Date :  du 04-07-2023 au 07-07-2023

Appel à communications ouvert jusqu'au :  31-01-2023

Lieu :  Lyon

Modalité :  présentiel

Organisation :  Association française de sociologie (AFS)


Programme : 

Le congrès de l'AFS 2023 s'organise autour du thème « Intersections, circulations ». Le réseau thématique 4 - Sociologie de l'éducation et de la formation - propose un appel général à communication en trois axes, accompagnés de trois sessions croisées, avec le RT 5, avec les RT 15 et 25, enfin avec le RT 19.

Les recherches sur l’éducation et la formation ont régulièrement montré au cours de ces dernières décennies la variété des rapports de domination et des inégalités mais aussi les circulations entre espaces sociaux et scolaires tout au long des trajectoires des élèves et des étudiant·es. Si plusieurs recherches ont questionné de longue date les rapports sociaux (de classe et de genre notamment) s’entrecroisant dans la production des inégalités scolaires, la question de l’intersectionnalité n’a acquis une réelle visibilité que tardivement dans les recherches en éducation et formation.

Intersections et circulations peuvent également se penser au niveau des savoirs produits sur l’institution scolaire : entre les disciplines (sociologie, sciences de l'éducation, psychologie, etc.), mais aussi entre chercheur·ses et acteur·ices, ou encore entre institutions (scolaires et sociales) et espaces (locaux, internationaux).  

Lors du 10ème congrès de l’AFS et dans la lignée de l’appel général du congrès, nous souhaitons appeler les chercheuses et chercheurs à penser les circulations et les intersections dans les domaines de l'éducation et la formation, et ce, notamment - mais pas exclusivement - dans les trois axes proposés ci-dessous. Par ailleurs, des sessions croisées avec d’autres réseaux thématiques permettent de prolonger ces axes et d’élargir à d’autres problématiques.  

Premier axe – Circulations et mobilités sociales, spatiales et institutionnelles, de la maternelle à l'enseignement supérieur   

Un premier axe propose d’interroger la circulation des élèves et étudiant·es entre filières et/ou établissements. Au niveau de l’enseignement primaire et secondaire, les choix stratégiques concernant les écoles ont connu des évolutions au cours des dernières décennies. En particulier, la concurrence du privé s’est accrue et transformée : aux établissements privés fonctionnant selon des modalités pédagogiques calquées sur celles du public,  se sont ajoutées les écoles dites « alternatives » (Montessori, Steiner, etc.), qui fragmentent plus encore le paysage éducatif et les parcours des élèves, en renforçant les inégalités socio-scolaires. Une partie des communications pourra donc interroger les circulations entre ces différents espaces scolaires. Est-ce que les élèves restent dans ces espaces scolaires atypiques ou au contraire elles et ils circulent et interagissent avec l'institution scolaire publique ? De quels élèves s’agit-il ? Qu'est-ce que cela produit, en termes de socialisation, de rapports aux institutions et de production d'inégalités scolaires ? Plus généralement, les stratégies de mobilités scolaires, entre filières et établissements, pourront être questionnées. Ce questionnement peut également être conduit au niveau de l'enseignement supérieur (ES), qu’il s'agisse des (im)mobilités spatiales ou sociales. Comment circulent les étudiant·es aujourd'hui ? Il s'agira non seulement d'interroger les mobilités des étudiant·es (quotidiennes, intra-nationales ou internationales), leurs déterminants et leurs effets, mais également les dispositifs favorisant ces mobilités, à l’instar des dispositifs d'ouverture sociale (développés dans certains filières de l’ES), par exemple.  Que font ces dispositifs aux mobilités et aux inégalités de classe, de genre et de race des étudiant·es  ? Cet axe invite aussi à examiner spécifiquement les rapports entre mobilité géographique/spatiale et sociale, à la croisée des différents rapports sociaux. Par exemple, dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19, comment ces mobilités géographiques et sociales ont-elles été affectées dans l'enseignement supérieur ? Et quel rôle jouent les mobilités internationales, notamment en fonction des filières ? Quels sont les enjeux des trajectoires migratoires pour les étudiant·es étranger·es, que sait-on des conditions matérielles des études (frais d’inscription, conditions d'études et de logement) et sur les possibilités réelles de circulation entre pays ? La question de l'asymétrie des possibilités de circulations internationales entre étudiant·es européen·nes, latino-américain·es, asiatiques et africain·es pourra notamment être abordée.

La session croisée RT4 - RT15 - RT25 intitulée « Circulation des jeunes entre institutions » approfondit les questionnements proposés dans cet axe, en interrogeant les circulations, les (dé)placements et/ou les (ré)orientations des jeunes pris·e·s en charge dans différentes institutions scolaires, sociales, sanitaires ou judiciaires.
Pour y répondre: https://afs-socio.fr/appel-a-communication/4416/aac-congres-de-lyon-2023-rt4-rt15-rt25-circulations-des-jeunes-entre-institutions/  

Deuxième axe - Intersections et circulations entre l’école et le hors école   

La question des circulations en éducation et formation renvoie aussi à l'analyse de ce qu'elles produisent au-delà de l'école. Ce deuxième axe cherche à interroger les frontières ou les porosités entre les mondes scolaires et ce qui se passe en dehors  (centres de loisirs, familles, etc.). Il s'agira en particulier de se demander où se joue la socialisation scolaire, les limites et les extensions de celle-ci, au-delà de l'institution scolaire en tant que telle. Les communications proposées dans cet axe pourront interroger les pratiques parentales (accompagnement aux devoirs, jeux, etc.), mais aussi les activités extra-scolaires (artistiques et sportives, entre autres) et leurs effets sur la socialisation scolaire et familiale. Ces activités permettent-elles des mobilités sociales et des circulations entre espaces sociaux, par l’appartenance à des collectifs ou l’investissement dans des pratiques sociales spécifiques ? Développe-t-on des dispositions scolaires en dehors du cadre scolaire ? Comment les rapports à l’autorité, à la norme scolaire, à l’école et la famille, et les inégalités qui les accompagnent, en sont-ils affectés ? Dans la continuité du récent colloque à Lyon sur la « forme scolaire aujourd'hui » (https://rt4.hypotheses.org/73), il s'agit de poursuivre les interrogations sur les scolarisations dans des mondes proprement non-scolaires. Cet axe pourra être l’occasion d'aborder les circulations des idées, des objets d’enseignement, des savoirs et des modalités pédagogiques entre les disciplines et entre les niveaux d’enseignement. Le thème général du congrès est l’occasion de repenser, à travers les travaux les plus récents, les intersections et les circulations entre les institutions, par exemple entre premier et second degré, entre lycée et enseignement supérieur, mais aussi entre l’organisation institutionnalisée des connaissances en disciplines d’enseignement et au-delà. Comment les connaissances, les productions des disciplines (par exemple leurs didactiques), mais aussi les personnels circulent-ils et elles entre ces institutions ? A travers cet axe, nous souhaitons aussi interroger la façon dont on se forme hors ou à côté de l’école. Ceci inclut les recherches sur les formations professionnelles (les liens école/entreprise), sur les filières revendiquant une mise à l'écart de la forme scolaire, mais également les travaux interrogeant les connaissances et compétences acquises dans des scènes non scolaires (par exemple sur les réseaux sociaux numériques).

La session croisée RT4 - RT5 intitulée « Interroger les frontières entre mondes de l’enfance et mondes du travail » s'inscrit dans ce sous-axe, en interrogeant comment les enfants d’aujourd’hui sont-ils confrontés aux réalités et aux catégories du monde du travail et comment apprennent-ils à se représenter ce monde et les hiérarchies qui le structurent.
Pour répondre à la session croisée :
https://afs-socio.fr/appel-a-communication/4459/aac-rt4-x-rt5-afs-2023-interroger-les-frontieres-entre-mondes-de-lenfance-et-mondes-du-travail/

La session croisée RT4 - RT19 intitulée « L'injonction à l'autonomie dans les champs de la santé et de l'éducation » interroge l’accompagnement dans des dispositifs socio-éducatifs et médico-sociaux dans un cadre d’injonction à l’inclusion et à l’autonomie.
Pour y répondre :
https://afs-socio.fr/appel-a-communication/4449/axe-rt19-x-rt4-linjonction-a-lautonomie-dans-les-champs-de-la-sante-et-de-leducation/  

Troisième axe - Les circulations et les influences des politiques éducatives sur les institutions et les acteurs (axe ouvert aux propositions internationales)  

Une troisième entrée pourra interroger les circulations des idées, des acteurs et des dispositifs en lien avec les politiques éducatives. Il s’agira en premier lieu d’analyser le rôle que peuvent jouer les différent·es expert·es dans la construction de ces dernières, et les différentes représentations - parfois concurrentes -  des « apprenant·es » et de l’apprentissage qu’ils et elles proposent. En fonction des disciplines, les explications proposées des difficultés d'apprentissage (lecture sociale, médicale, psychologique) et les solutions proposées, aux enseignant·es et aux familles, diffèrent. En outre, on pourra questionner la manière dont les prescriptions et discours internationaux issus des évaluations internationales, telles que PISA/TALIS et TIMMS/PIRLS, influencent les politiques éducatives nationales et, notamment, les politiques de formation des enseignant·es dans les différents pays, en fonction des spécificités contextuelles liées à l’histoire et à l’organisation des systèmes éducatifs. Enfin, cet axe est ouvert aux propositions qui étudient la circulation des politiques éducatives d’un pays à l'autre,  en s'intéressant aux différents acteurs à l'œuvre, au travail d’appropriation et de transposition aux différents contextes. Les travaux comparatifs ou portant sur d’autres pays que la France sont donc encouragés, afin de penser cette internationalisation et de poursuivre les collaborations internationales (cf. le réseau naissant de Sociologie de l'Education de langues latines) déjà entamées dans le cadre des activités scientifiques du RT4.  

Les propositions de communication (2500 signes maximum, espaces compris, hors titre et bibliographie) sont à déposer avant le 31/01/2023 minuit sur le site de l’AFS. La sélection aura lieu courant février. Elles devront indiquer clairement l’objet de la présentation et la manière dont celle-ci s’inscrit dans les axes thématiques proposés dans l’appel, ainsi que les méthodes et le type de matériaux mobilisés et une bibliographie des références citées.

 



URL :  https://afs-socio.fr/.../


mot(s) clé(s) :  sociologie de l'éducation