Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Dernières mises à jour » Détails du sommaire

 
à propos de la revuesommaires des autres numéros
 

Note d'information - Enseignement supérieur et recherche


Référence :  n°10 - Juillet 2019

Thème :  Les lycéens des quartiers prioritaires dans l'enseignement supérieur : une orientation moins ambitieuse, essentiellement attribuable au cursus scolaire

 

En 2016, les lycéens résidant en quartiers prioritaires de la politique de la ville (Q.P.V.) sont moins nombreux que les autres à s'inscrire sur la plateforme « Admission post-bac » pour déclarer leurs voeux dans l'enseignement supérieur. Et lorsqu'ils font des voeux, ils candidatent plus souvent en licence, seule filière post-bac à l'entrée non sélective. Pour autant, une fois l'impact propre de leurs caractéristiques individuelles et scolaires pris en compte (profession et catégorie sociale des parents, série du bac et niveau scolaire notamment), les lycéens des Q.P.V. postulent autant à des C.P.G.E. que les autres. De même, à l'issue de la procédure A.P.B., si les jeunes des QPV obtiennent moins souvent de proposition sur leur premier voeu en D.U.T. ou en B.T.S., une fois les séries du bac et le niveau scolaire des élèves pris en compte,ils ont la même probabilité que les autres d'obtenir leur premier voeu en B.T.S. Ils se retrouvent plus souvent sans proposition (9,5 %, contre 5,7 %). Cependant, toutes choses égales par ailleurs, plus qu'un effet du lieu de résidence, ce risque plus grand résulte essentiellement de leur surreprésentation en filières professionnelles.



Informations complémentaires :
  http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/.../les-lyceens-des-quartiers-prioritaires-dans-l-enseignement-superieur-une-orientation-moins-ambitieuse-essentiellement-attribuable-au-cursus-scolaire.html


mot(s) clé(s) :  enseignement supérieur, éducation prioritaire, orientation scolaire