Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Détails de la thèse

L'internationalisation des grandes écoles d'ingénieurs françaises : une recomposition de la noblesse d'Etat


Auteur(s) :  DELESPIERRE Adrien

Date de soutenance :  2016

Thèse délivrée par :  Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne

Section(s) CNU :  section 19 : Sociologie, démographie

Sous la direction de :  Anne-Catherine WAGNER

Jury de thèse :  Darmon, Muriel ; François, Pierre ; Gadéa, Charles ; Lebaron, Frédéric ; Wagner, Anne-Catherine

 

"Les grandes écoles d’ingénieurs font, depuis les années 1980, l’objet de critiques annonçant la fin d’un modèle en déclin, condamné à disparaître ou à s’adapter aux exigences de la « mondialisation » ; elles sont ainsi amenées à se redéfinir de manière à préserver leur légitimité. Sont notamment pris pour cible plusieurs traits hérités de la période qui s’étend de l’Ancien Régime à la Restauration, et dont la combinaison fait la spécificité nationale de ces établissements : élitisme scolaire, recrutement sur concours à l’issue des classes préparatoires, petite taille des effectifs d’élèves, enseignement à vocation théorique et généraliste, et distance marquée vis-à-vis du monde professionnel. À travers ces propriétés particulières du système français des grandes écoles, les attaques des réformateurs mettent en question le rapport étroit qui le lie traditionnellement à l’État. Ce travail entreprend d’analyser la manière dont les écoles d’ingénieurs ont modifié leur structure, leur recrutement et leurs programmes pédagogiques pour intégrer ces injonctions à « s’internationaliser », terme ambigu dont on tâche de déconstruire le sens : l’examen des nouvelles formes de compétition entre grandes écoles d’ingénieurs montre notamment que les évolutions du modèle français de la formation des élites ne bouleversent pas pour autant les principes d’organisation et de hiérarchisation du champ national. L’étude de la circulation internationale des élèves ingénieurs amène également à nuancer l’hypothèse d’un « marché éducatif mondial » se substituant progressivement aux États. On s’interroge enfin sur les métamorphoses de ce que Bourdieu désignait comme la noblesse d’État, et sur la question de savoir en quoi elle constitue une élite en voie d’internationalisation."

Abstract

Internationalization of French engineering schools : a metamorphosis of the noblesse d'Etat

"Since the 1980’s, French grandes écoles are undergoing critics announcing the end of a declining educational model, which is condemned to disappear or to adapt itself to requirements of “globalization”. In order to integrate new criteria of excellence, French engineering schools reform their pattern of selection and education, which is traditionally founded on academic values. Through the special characteristics of the French system of grandes écoles, reformers are challenging the traditionally close relationship that binds these institutions to the State. This work is aiming to analyze how engineering schools have changed their structure, their recruitment and educational programs to integrate these injunctions to "internationalize". The study about new forms of competition among engineering schools brings to light that changes in the French model of elite’s reproduction do not upset the national principles of organization and hierarchy. The analysis of international flow of engineering students also leads to nuance the hypothesis of a "global education market" gradually replacing the States. This research finally examines the metamorphoses of what Bourdieu designated as “State Nobility”, and it questions the actual range of its internationalization."


URL :  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01804113v2/document


mot(s) clé(s) :  sociologie de l'éducation, enseignement supérieur