Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Dernières mises à jour » Détails de la thèse

Réussir sa première année à l'université : les enjeux de la transition entre secondaire et supérieur


Auteur(s) :  ZIBANEJAD-BELIN Mitra

Date de soutenance :  2019

Thèse délivrée par :  Université de Lorraine

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Sous la direction de :  Saeed PAIVANDI

Jury de thèse :  Catherine AGULHON ; Stéphane Ahmad HAFEZ ; Dominique KERN ; Saeed PAIVANDI ; Elisabeth REGNAULT

 

"Il existe de multiples raisons au taux élevé d’abandon en première année. Ce phénomène d’« évaporation » des nouveaux étudiants est étudié dans de nombreux pays comme un moment crucial dans la transition entre le secondaire et le supérieur. Il n’est pas toujours facile pour un lycéen de décider de son avenir en très peu de temps, après son baccalauréat et d’assumer de nouvelles responsabilités d’adulte sans la surveillance de ses parents et/ou de ses enseignants. Les études universitaires exigent la mise en actions d’un certain nombre d’habiletés qui ne sont pas toujours maîtrisées au sortir du lycée. Il ne s’agit pas seulement d’habiletés cognitive-informationnelles. Ce travail se focalise aux éléments macrosociologiques et microsociologiques dans la relation que les étudiants établissent avec l’acte d’apprendre. Nous cherchions à savoir pour quelles raisons les étudiants décident de décrocher ou de persévérer malgré les difficultés ? Quel est le rôle de l’environnement d’études dans cette transition? En quoi l’image de l’université et de l'apprentissage peuvent exercer un impact sur ce passage ?Afin de mieux cerner les enjeux de ce passage nous avons procédé à une étude qualitative fondée sur les entretiens compréhensifs. Nous avons interviewé les étudiants de première année en six filières et dans quatre universités en région parisienne. Nous avons approché les étudiants qui avaient des difficultés. Ils nous en ont parlé ainsi des raisons de leur déception. À travers leur point de vue sur l’acte d’apprendre, leur perspective et leur image des études à l’université nous avons pu mettre en évidence certaines causes qui peuvent expliquer le décrochage ou la persévérance en première année universitaire. Quatre types de difficultés sont distingués : cognitives, métacognitives, d’intégration et motivationnelles. Une analyse plus avancée de nos données nous a révélé que ces difficultés n’ont pas eu le même poids sur la transition de ces étudiants. Les analyses des entretiens ont révélé l’importance de la microsocialisation au sein de petits groupes d’étudiants notamment entre les amis. Nous avons constaté que les micro-intégrations pouvaient combler l’absence des macro-intégrations et sont même parfois plus importantes. Nos analyses ont montré que certains facteurs d’intégration sociale peuvent modifier l’influence des facteurs prédictifs de décrochage.Nous avons également appréhendé certains facteurs capables de renforcer ou d’appauvrir le sens de l’apprendre de l’étudiant et sa persévérance. "

To success at first academic year : the stakes in the transition from secondary to higher education

"There are many reasons for the high dropout rate in the first academic year. The phenomenon of freshman "evaporating" is studied in many countries as a crucial moment in the transition from secondary to higher education. It is not always easy for a high school student to become master of his destiny in a very short time after secondary and just before starting his studies at university. Student must quickly assume new “adult responsibilities "and lives without parental or teacher supervision. Study at university requires the learner to put into action a certain number of skills most of which are not mastered at the end of high school. These are not only cognitive-informational skills. Our point of interest is turned towards the macrosociological and microsociological elements in the relationship that these students established with the act of learning. We were looking for knowing: Why do students decide to drop up or to persevere and continue their studies despite the difficulties? What is the role of the study environment in this transition? How the conception of learning and the image of university could have an impact on this transition?To answer we used a qualitative approach based on comprehensive interviews. We interviewed the freshmen in six field of study at four universities in the Paris region. We were looking for students who had problems. They told us about their difficulties in this year of higher education and the reasons for their dissatisfaction.Through their point of view, their conceptions of learning, their perspective and their image of higher education, we have been able to highlight some of the causes that can explain dropping out or staying in the first academic year. Four types of difficulties are distinguished: cognitive, metacognitive, integration and motivational. A more advanced analysis of our data revealed that these difficulties do not have the same impact on the student's transition.Some elements have also appeared through the analyses, such as the importance of the microsocialisation within small groups of students, especially between the friends. We have found that micro-integrations can make up the absence of macro-integrations and sometimes they’re even more important. Our analyses have shown that some factors of social integration can modify the influence of the predictive factors of drop out.We also apprehended certain factors capable of reinforcing or impoverish the student's sense of learning and his/her perseverance."



URL :  https://hal.univ-lorraine.fr/tel-02503781/document


mot(s) clé(s) :  enseignement supérieur, orientation scolaire, décrochage