Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

Promotion de l'éducation au patrimoine culturel de plein air avec les technologies mobiles d'apprentissage à réalité mixte : deux études de cas en Italie et en Grande-Bretagne


Auteur(s) :  MARNET Muriel

Date de soutenance :  2019

Thèse délivrée par :  Université de Bordeaux

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Sous la direction de :  Régis MALET & Stéphanie RUBI

Jury de thèse :  Stéphane BONNERY ; Régis MALET : Pierre PERIER ; Patrick RAYOU ; Stéphanie RUBI ; Pascal TOZZI ; Agnès VAN ZANTEN

 

"Cette thèse vise à montrer en quoi la socialisation des enseignant.e.s du premier degré est territoriale. Le territoire est ici appréhendé dans ses dimensions géographique, sociodémographique et politico-administrative. Mobilisé pour enquêter, entre 2015 et 2019, dans une zone enclavée, rurale et populaire, ce mode d’appréhension est propice à la compréhension des liens entre les engagements comme enseignant.e et le territoire comme générateur de pratiques professionnelles et extra-professionnelles. Comme le montre une première partie, l’analyse de ces processus nécessite de construire une enquête qui retrace les parcours des enseignant.e.s et dévoile les conditions, les formes et les effets de leur socialisation par le territoire. Ces dynamiques sont examinées au prisme des outils des sciences de l’éducation et de la sociologie les plus opératoires pour interroger cette socialisation. Une deuxième partie peut alors s’atteler à restituer les conditions de celle-ci, à montrer comment les inscriptions enseignantes dans un territoire se situent au croisement de logiques individuelles et collectives et de logiques sociales et politico-administratives. Etant donné que cette socialisation par le territoire est fondée sur l’engagement comme enseignant.e, une troisième partie reconstitue ensuite sa « matrice scolaire » : les formes de ces processus sont fondées sur l’inscription dans des collectifs pédagogiques, sur les modalités locales de l’action publique éducative ainsi que sur les caractéristiques des publics scolaires. Les effets de cette socialisation ne sont pas cloisonnés à l’univers scolaire. Par conséquent, une quatrième et dernière partie identifie ces derniers en replaçant les pratiques et les représentations du territoire liés à l’engagement scolaire dans la vie à côté et dans la temporalité des enseignant.e.s – les carrières professionnelles mais aussi les trajectoires dans leur ensemble. Ces analyses révèlent la multidétermination territoriale des socialisations et leurs variations selon les caractéristiques des lieux et des acteurs. Cela étant, l’enquête effectuée est éclairante sur la réalité plus vaste des socialisations territoriales des enseignant.e.s et sur la manière dont, en retour, ils interviennent dans les existences des publics scolaires et des habitants : pendant que les territoires construisent les enseignant.e.s, ces dernier.ère.s construisent les territoires. "

The territorial construction of teachers : the socialization of school teachers in a rural and popular area

"This thesis aims to show how the socialization of primary school teachers is territorial. The territory is understood here in its geographical, socio-demographic and politico-administrative dimensions. Mobilized to investigate, between 2015 and 2019, in a landlocked, rural and popular area, this mode of apprehension is conducive to understanding the links between commitments as teachers and the territory as a generator of professional and extra-professional practices. As shown in the first part, the analysis of these processes requires the construction of a survey that retraces the paths of teachers and reveals the conditions, forms and effects of their socialization by the territory. These dynamics are examined through the lens of the most effective educational and sociological tools to question this socialization. A second part can then set about restoring the conditions of the latter, to show how teacher enrolments in a territory are at the crossroads of individual and collective logics and social and politico-administrative logics. Since this socialization by the territory is based on commitment as a teacher, a third part then reconstitutes its "school matrix": the forms of these processes are based on enrolment in educational collectives, on local modalities of public educational action as well as on the characteristics of school audiences. The effects of this socialization are not compartmentalized in the school world. Consequently, a fourth and final part identifies the latter by replacing the practices and representations of the territory linked to academic engagement in the life alongside and in the temporality of teachers - professional careers but also trajectories as a whole. These analyses reveal the territorial multidetermination of socializations and their variations according to the characteristics of places and actors. However, the survey carried out is enlightening on the broader reality of teachers' territorial socializations and how, in return, they intervene in the lives of school groups and inhabitants: while territories build teachers, the latter build territories.  "



URL :  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02496838/document


mot(s) clé(s) :  sociologie de l'éducation, enseignant, territoire