Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

Images et imaginaires scolaires de la littérature française du XVIe siècle : création, modélisation et transmission d’un corpus canonique de la Renaissance (1880-2011)


Auteur(s) :  BROUSSIN Marjorie

Date de soutenance :  2019

Thèse délivrée par :  Université de Lyon

Section(s) CNU :  section 09 : Langue et littérature françaises

Sous la direction de :  Michèle CLEMENT

Jury de thèse :  Michèle CLÉMENT; Jean-Charles MONFERRAN ; Martine JEY ; Jean VIGNES ; Stéphane ZÉKIAN

 

"De l’Histoire de la littérature française de Gustave Lanson, dont la première édition date de 1894, aux manuels de littérature pour les classes de lycée publiés en 2011, une même représentation de la Renaissance et de sa littérature parcourt les ouvrages scolaires et peint la période sous les traits d’un « beau XVIe siècle », moment de réveil des arts, des lettres et des sciences. Or, si cette image s’impose comme une évidence, à travers les mécanismes itératifs de la transmission, elle s’avère en réalité une construction dont l’évolution historique souligne la dimension fictionnelle de la notion même de siècle littéraire. Liée aux mécanismes propres à l’histoire littéraire, qui découpe et met en récit la littérature selon des visées institutionnelles, l’image scolaire de la littérature du XVIe siècle s’avère en effet l’aboutissement de phénomènes parallèles de sélection, de modélisation et de hiérarchisation des auteurs et des textes. La mise en œuvre de ces différents mécanismes se traduit d’une part par la constitution et la diffusion d’un corpus canonique de la littérature du XVIe siècle dans les ouvrages scolaires, et d’autre par la création dans le discours scolaire de figures classiques pour les écrivains et poètes du siècle. La conjonction de ces processus détermine dès lors un ensemble canonique hiérarchisé et un discours unifié, une doxa, qui servent de fondement à la représentation scolaire du siècle. Ce sont ces deux aspects constitutifs de l’image canonique de la littérature du XVIe siècle, la constitution du canon d’une part, la pérennité du discours scolaire d’autre part, qui sont analysés ici au moyen d’un large corpus d’ouvrages scolaires, étalé sur plus d’un siècle. Ce faisant, seront mis au jour les phénomènes de stabilisation et d’évolution de la doxa et du canon, en regard des mutations historiques et institutionnelles. La représentation canonique du siècle, de même que le canon des auteurs et des œuvres, se construit en effet en lien avec les impératifs institutionnels liés à la transmission de la littérature. Déterminant pourquoi et comment doit être transmise la littérature nationale, ces impératifs soulignent que les règles de sélection et de hiérarchisation des œuvres dans le canon sont édictées en fonction de visées politiques, sociales et idéologiques. L’étude de l’image scolaire de la littérature du XVIe siècle suppose dès lors d’interroger les valeurs et les représentations qui informent le discours des manuels et déterminent les formes prises par les représentations canoniques du siècle, afin de dégager les enjeux de l’imaginaire scolaire qui sous-tend cette vision."

Academic images of the XVIth century literature : creating a canonical figure of the French Renaissance literature in literary history (1890-2011)

"From Michelet’s definition of the Renaissance and its literary productions in 1855 to the actual discourse of high school textbooks, this dissertation reveals the process by which a canonical representation of 16th century French Literature, as well as a canonical form of this literature, are built and shared. The study is based on a wide range of school textbooks, from Gustave Lanson’s Histoire de la littérature française to textbooks published in 2011, as well as literary anthologies from the first half of the 20th century and the famous Lagarde et Michard published from the 1940’s until the 1980’s. The form in which 16th century authors and their work are represented in these textbooks and anthologies indicates that several mechanisms contributed to bringing out the idea of a « literary century » which was organized by an institutional selection of texts on one hand, and, on the other hand, by the circulation of a doxa about both the writers and their writing. Therefore, as this discussion underlines the construction of classical representations for each of the most represented authors, it also establishes that these figures tend to create an overarching canonical representation of the century, as well as a canonical corpus for this time period. This canonical representation and its corpus take shape as a hierarchical construction, within which each author and literary work are given a specific place. This place thus determines the ranking of the writers in the canonical space, which cannot easily be changed, as the canon turns out to be quite identical throughout the length of the study. On the contrary, the institutional representations seem to evolve during the 20th century, and so the « 16th century » of Lanson proves to be quite different in its discursive form than the one of the current textbooks. Moreover, the canonical « idea » of a 16th century in French Literature is linked to the development of French literary history and its institutional goals. Thus, this idea has to be put in perspective with the ideological values which are meant to be transmitted by the national school curricula, from the end of the 19th century to the beginning of the 21st. This reveals that the notion of a « literary century » is essentially a historical construction, a narrative that ought to be questioned in order to understand its presuppositions and the values that inform its construction."



URL :  https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-02316086/document


mot(s) clé(s) :  histoire de l'éducation, lettres, enseignement du français