Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

L'enseignement des Sciences Economiques et Gestion en BTS, en Guadeloupe - entre prescrits nationaux et contexte socio-économique régional


Auteur(s) :  ODACRE Élisabeth

Date de soutenance :  2018

Thèse délivrée par :  Université des Antilles

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Sous la direction de :  Antoine DELCROIX & Élisabeth ISSAIEVA

Jury de thèse :  Legardez, Alain ; Mottier Lopez, Lucie ; Anciaux, Frédéric ; Delcroix, Antoine ; Issaieva, Élisabeth ; Orange, Sophie ; Tremblay, Diane-Gabrielle

 

"Même s’il existe une production de ressources pédagogiques s’appuyant sur des exemples pris en Guadeloupe ou dans son environnement, l’enseignement des sciences économiques et de gestion ne nous semble pas y avoir été considéré comme objet d’étude, alors qu’il interroge des composantes fondamentales du contexte de ce territoire comme la situation socio-économique et l’environnement réglementaire. Cette étude porte sur le fonctionnement de certains Brevets de Technicien Supérieur en Guadeloupe (BTS), diplôme professionnel français se préparant en deux ans après le baccalauréat, dont les programmes et critères d’évaluation sont nationaux. Les lauréats sont supposés pouvoir s’insérer immédiatement dans le monde professionnel, en particulier dans leur environnement géographique local et sont préparés à cette insertion par des stages en entreprises. Nous nous intéressons à la tension pouvant résulter d’une définition nationale du diplôme, le plus souvent en référence à des réalités de l’Hexagone et le contexte local d’enseignement et d’insertion professionnelle, éloigné sur les plans sociaux-économiques et règlementaires. De manière plus précise, nous questionnons en premier lieu les conceptions de professeurs de ces BTS au regard de cette tension : existe-elle pour eux ? Comment la prenne-t-elle éventuellement en compte dans leur action pédagogique ? Ce questionnement a permis de préparer le second volet de notre étude, auprès d’étudiants de BTS. En effet, la question de l’insertion professionnelle ressort comme importante dans les propos des professeurs. Nous avons donc voulu savoir comment, au fil des stages – moments privilégiés de modification des représentations sociales des étudiants – leur projet professionnel s’affinait. Avant de réaliser ces enquêtes, nous avons dressé un paysage de la place du BTS en Guadeloupe et choisi de concentrer notre travail sur deux BTS, assistant de manager et tourisme, le premier possédant des prescrits faisant que peu référence à l’environnement du déroulement de la formation à l’opposé du second. Nous souhaitions ainsi pouvoir établir une comparaison basée sur ce que nous avons appelé l’ancrage contextuel d’une formation. La première enquête a été réalisée auprès de professeurs en économie-gestion des deux BTS retenus sous forme d’entretiens semi-directifs. Notre objectif était donc d’appréhender leurs conceptions et leurs pratiques déclarées quant à la contextualisation didactique. Les professeurs, faisant état d’effets de contexte occasionnés par la tension susmentionnée, déclarent en tenir compte dans leurs enseignements des sciences économiques et de gestion, en contextualisant leurs pratiques. Cependant, ces contextualisations restent limitées, les professeurs se sentant contraints par le cadre national du diplôme. Par exemple, en BTS tourisme, les décalages entre le contexte local et celui de l’Hexagone peuvent provenir d’une mutation moins accomplie en Guadeloupe (au moment de l’enquête) vers la « tourismatique » (informatique appliquée au tourisme). En BTS assistant de manager, ces décalages peuvent résider dans les spécificités du contexte économique et fiscal comme par exemple, les régimes différents de TVA ou l’existence de l’octroi de mer en Guadeloupe : les professeurs hésitent à enseigner les règles en vigueur en Guadeloupe, de peur de pénaliser leurs étudiants lors des examens définis nationalement. Cette enquête a donc révélé l’existence de paradoxes, entre les visées professionnalisantes des BTS et les prescrits (référentiels, examens…) définis nationalement, et donc (partiellement) inadaptés aux divers contextes d’exercice des métiers. En ce qui concerne les étudiants, une enquête longitudinale par questionnaires a été menée auprès d’une cohorte de chacun des BTS retenus, sur la durée de la formation. Le stage professionnel jouant un rôle important à la fois dans la formation qui conduit à ce diplôme et reconnu comme moteur de changement de représentation chez les étudiants, il nous a semblé intéressant de soumettre les questionnaires avant le départ pour le premier stage, puis après l’accomplissement de chaque stage. Les analyses de cette étude longitudinale montrent que, progressivement, les étudiants du BTS tourisme réalisent que leur avenir professionnel ne sera pas forcément en Guadeloupe et/ou dans le secteur du tourisme. L’environnement économique délicat semble jouer un rôle dans cette prise de conscience. En BTS assistant de manager, un autre phénomène intervient : les analyses révèlent une dégradation de l’image du métier auquel destine le diplôme, quand bien même le choix de cette formation avait été réalisé avec conviction. Ceci est probablement lié à une meilleure représentation de la situation socio-économique de la Guadeloupe. Dans les deux cas, une évolution des représentations sociales des étudiants s’opère bien, vraisemblablement liée aux périodes de stage professionnel. Par ailleurs, dans la cohorte « assistant de manager » que nous suivions, un phénomène inédit – aux dires de l’équipe pédagogique – d’abandons en cours de formation s’est produit. Nous avons souhaité rechercher les motifs de ces abandons à partir de récits de vie des d’étudiants concernés. Cette étude aborde ainsi la question du décrochage dans l’enseignement supérieur en Guadeloupe, en la rapportant au poids du baccalauréat professionnel dans cette académie. L’enquête avec ces étudiants montre à la fois une offre de formation insuffisante pour les bacheliers professionnels qui conduit à des orientations contraintes et une méconnaissance des exigences du diplôme de BTS au regard de leur scolarité en lycée professionnel. Ces résultats nous semblent montrer que les institutions concernées pourraient s’interroger sur la contextualisation des prescrits et des évaluations afin d’aider les professeurs à mieux répondre aux besoins de formation exprimés par les jeunes et les territoires, pour éviter la lancinante question : que faire, lorsqu’on a 20 ans, en Guadeloupe, en Martinique ?"

Abstract

The teaching of the economics sciences and management in BTS (TWO-YEAR TECHNICAL DEGREE), in Guadeloupe - between prescribed national and regional socioeconomic context

"Even if there is a production of educational resources based on examples in Guadeloupe or its environment, the teaching of the economics sciences and management was not considered as an object of scientific study, though it questions fundamental components of the context of this territory like the socioeconomic situation and the regulatory environment. This study concerns the functioning of some French BTS (Brevet de Technicien Supérieur / Advanced Technician Certificate), a professional diploma prepared in two years after the “baccalaureat”, with national programs and evaluation criteria. The successful candidates are supposed to be immediately employable, especially in their local geographical environment, and are prepared for that by professional training sessions in companies. We are interested in a paradox which can be the result of the national definition of the diploma, in reference to the French mainland realities and the local contexts of teaching and of professional integration, far from the socio-economic and regulatory plans. Firstly, we wonder about the point of view of the teachers of those “BTS” about this paradox: does it exist for them? How is it taken into account in their educational action? These questions allowed us to prepare the second part of this study, among students of BTS. Indeed teachers think that the occupational integration is important. We wanted to know how, during and after professional training sessions– privileged moments for modification of the social representations of the student – their professional project became refined. Before doing these inquiries, we drew up a landscape of the place of the BTS in Guadeloupe and chose to focus our study on two BTS, namely assistant manager [deputy manger] and tourism. The first with programs with few references to the environment of the training, contrary to the second. We wanted to ensure a comparison on what we called the anchoring contextual of a training. In the first survey, we conducted semi-structured interview with Guadeloupean teachers of the two BTS mentioned previously. Our objective was to grasp their conceptions and their practices declared about the contextualization of didactics. The teachers, mentioned context effects, by the paradox mentioned previously and declare to take it account in their teachings of the economics sciences and management by contextualizating their practices. However, these contextualizations remain limited, the teachers feeling forced by the national frame of the diploma. For example, in BTS tourism, the gaps between the local context and the French mainland can result from a transformation less accomplished in Guadeloupe (at the time of the survey) towards the “tourismatique” (computing applied to tourism). In BTS assistant manager, these gaps may stay in the specificities of the economic and fiscal context as for example, the different sets of VAT or the existence of the duck dues in Guadeloupe: these adaptations remain limited by fear of disadvantaging the students for the national exam. This demonstrates paradoxes between the professionalizing aim of the BTS and its programs (exams), and thus (partially) unsuitable for the different contexts of the jobs background.  Regarding the students, a longitudinal survey during the two years of training using questionnaire surveys was conducted with a cohort of the two BTS (tourism and deputy manager). The professional training sessions in companies plays a great part in this diploma and is recognized as engine of change of the students’ representations. For this reason, it seems interesting to investigate on how the conception of students evolve, with respect to the aforementioned paradox, during and after professional training sessions in companies. In BTS tourism, this positive representation is stable throughout the training. The students are convinced of the efficiency of professional training sessions in companies: their professional project strengthens but, they also realize that their professional future will not necessarily be in Guadeloupe and/or in the tourism sector. The delicate economic environment seems to play a role in this awareness. In BTS deputy manager, we specially notice a degradation of the representation of the profession of deputy manager during the training, while this training’s choice was realized with conviction. This is probably linked to a better representation of the economic situation of Guadeloupe. In both cases, the context of the professional training sessions in companies modifies the representation of students. Furthermore, according to the teaching staff statements, an unusual droup-out phenomenon - - occurred in the cohort assistant manager during the training. And we wanted to investigate the reasons of this school droup-out from account of these students. This survey approaches the higher education droup-out in Guadeloupe, according to the burden of the vocational high school in this academy. This investigation with these students shows an inadequate training offer for the vocational baccalaureate holders which leads by default course choices and to the ignorance of the requirements of the diploma in terms of vocational highschool. These results reveal that the contextualization of programs and tests should be revised by the institutions to help teachers to better respond to the needs expressed by young people and by the territories. Thus, we could avoid some questions such as : What do we do when we are 20 years old in Guadeloupe and Martinique?"



URL :  https://hal.univ-antilles.fr/tel-01823339/document


mot(s) clé(s) :  formation et enseignement professionnels, enseignement supérieur