Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

Le rôle de l'enseignant dans l'organisation de l'étude personnelle hors la classe de collégiens : le cas des équations du premier degré à une inconnue


Auteur(s) :  SIREJACOB Stéphane

Date de soutenance :  2017

Thèse délivrée par :  Université Paris-Diderot

Section(s) CNU :  section 26 : Mathématiques appliquées et applications des mathématiques

Sous la direction de :  Brigitte GRUGEON-ALLYS

Jury de thèse :  Coulange, Lalina ; Matheron, Yves ; Bosch, Marianna ; Castela, Corine ; Vandebrouck, Fabrice ; Pilet, Julia ; Grugeon-Allys, Brigitte

 

"Dans cette thèse, nous interrogeons d’une part les difficultés des enseignants à organiser de manière explicite l’étude personnelle hors la classe des élèves, dont l’importance augmente avec le niveau scolaire et qui est peu analysée dans les recherches en didactique, d’autre part leurs difficultés à gérer les besoins d’apprentissages des élèves en algèbre élémentaire, domaine où l’échec demeure souvent massif au collège. Le cadre de la théorie anthrolopologique du didactique permet de réinterroger ces difficultés d’un point de vue institutionnel : nous faisons l’hypothèse que certains besoins d’apprentissages, tant relatifs aux gestes d’étude hors la classe que disciplinaires (équations), sont implicitement laissés à la charge des élèves ou ignorés de l’institution, alors que ces apprentissages sont nécessaires à la construction d’un rapport personnel idoine aux équations. Nous postulons que les praxéologies d’étude et les praxéologies mathématiques mobilisées par les élèves ne sauraient être comprises ni expliquées si elles ne sont pas mises en relation avec celles qui sont travaillées en classe ou développées dans les manuels et les documents officiels. À partir d’une synthèse de travaux de recherche sur le travail personnel et d’une étude exploratoire sur le terrain, nous émettons des hypothèses sur les praxéologies d’étude permettant d’apprendre à construire des praxéologies mathématiques relatives aux équations et qui favoriseraient une étude personnelle hors la classe idoine. Nous élaborons alors un modèle théorique de l’étude personnelle et l’opérationnalisons pour analyser et mettre en relation les praxéologies d’étude des élèves avec celles travaillées en classe. Notre recherche relevant de la didactique, nous ne désarticulons pas l’analyse des praxéologies d’étude de celle des praxéologies mathématiques. C’est pourquoi nous construisons une organisation mathématique (OM) épistémologique de référence relative aux équations en croisant deux approches, l’une cognitive, l’autre anthropologique, pour mettre en évidence la complexité des articulations qui existent entre les techniques et technologies en jeu dans la réalisation de types de tâches portant sur les équations. Cette OM de référence est elle aussi opérationnalisée pour analyser l’OM à enseigner dans les manuels et les programmes, et les OM mobilisées par les élèves. Les praxéologies d’étude supposées permettre une activité mathématique idoine et les praxéologies de l’OM épistémologique de référence relative aux équations fondent la conception d’un parcours d’étude et de recherche (PER) sur les équations. Nous analysons les effets de la mise en œuvre de ce PER auprès de collégiens en termes de praxéologies d’étude et mathématiques développées."

Abstract

"In this thesis, we focus on teachers difficulties in organizing explicitly the personal homework of their students, whose importance increases with the school level and which is a few analyzed in science education researches, and their difficulties in managing the learning needs in elementary algebra. The framework of the anthrolopological theory of didactics makes it possible to examine these difficulties from an institutional point of view: we make the hypothesis that some of learning needs, both related to disciplinary study gestures (equations), are implicitly left to the charge of the students or ignored by the institution, whereas these learnings are necessary for the construction of a personal report appropriate to the equations. We postulate that the praxeologies of study and the mathematical praxeologies mobilized by the pupils can not be understood nor explained if they are not put in relation with those which are worked in class or developed in the manuals and the official documents."



URL :  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01686587/document


mot(s) clé(s) :  didactique, mathématiques