Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

Facteurs de pérennisation d'un réseau de formation par les pairs : le cas des réseaux d'échanges réciproques de savoirs


Auteur(s) :  LE BOUCHER Caroline

Date de soutenance :  2015

Thèse délivrée par :  Université Rennes 2

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Sous la direction de :  Brigitte ALBERO & Jérôme ENEAU

Jury de thèse :  Baudouin, Jean-Michel ; Laot, Françoise ; Las Vergnas, Lolivier ; Héber-Suffrin, Claire ; Albero, Brigitte ; Eneau, Jérôme

 

"L’innovation sociale résiste mal à l'épreuve du temps. Quand la plupart des expériences s’épuisent et disparaissent rapidement, certaines parviennent à se pérenniser. Le cas des réseaux de formation entre pairs pose encore d’autres questions. Qu’il s’agisse de réseaux d'apprentissage, de communautés de pratiques, de dispositifs collaboratifs, de Massives Open Online Courses (MOOCs), de groupes d'entraide mutuelle ou de formations par les pairs, ils sont particulièrement soumis à des transformations en fonction des besoins, des actualisations de contenu ou des engagements : quelles sont les caractéristiques particulières de ces dispositifs ? Quelles logiques les acteurs mettent-ils en œuvre pour les inscrire dans la durée ? Peut-on dégager de leur analyse des facteurs de pérennisation ? C'est à ces questions que cette thèse apporte des éléments de réponse, en prenant appuis sur le cas des Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs (RERS). Elle présente successivement : une approche sociohistorique des différentes formes de coformation depuis le 19ème siècle ; une revue de la littérature dans le domaine ; un cadre théorique principalement appuyé sur la sociologie des organisations et l’approche sociotechnique ; une méthodologie inspirée de la théorie ancrée ; les résultats les plus pertinents. Ce que montre cette recherche est l’importance des convergences de valeurs, conceptions, récits, aspirations, types d'organisation et outils qui fondent l’identité du collectif d’acteurs engagés qui combinent ces éléments dans des formes locales d’appropriation, permettant une réinvention du sens des actions et des pratiques."

Abstract

Long-term factors of a peer learning network : the case of reciprocal knowledge exchanges networks

"Social innovation stands up with difficulty to the test of time. While most experiments run down and disappear quickly, some of them perpetuate. The case of knowledge exchanges networks between peers raises other questions. Whether in the case of learning networks, of communities of practices, of collaborative devices, of Massive Open Online Courses (MOOCs), of mutual help groups or of training by peers, these networks are particularly subject to change according to needs, to content updatings or to commitments: how are these “apparatus” (“dispositif”) characterized? What are their actors’ logics in order to make them perpetuate? Can we bring to light, from their analysis, some factors of long term existence ? Our doctoral thesis mainly tries to answer these questions, through the example of reciprocal exchanges of knowkedge networks. The study presents successively: a socio-historical description of different peer-to-peer learning forms since the 19th century; a methodology inspired from grounded theory; a conceptual framework linking organisational sociology and the socio-technical approachs; the grounded theory methodology; and eventually, our most relevant results. This research brings to light the role of shared values, of conceptions, of narratives, of expectations, of types of organisation and of tools that forge the identity of the group of actors involved, that combine these components in local forms of appropriation, that allow to reinvent the sense of actions and of practices."



URL :  https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01540189/document


mot(s) clé(s) :  travail collaboratif, éducation des adultes