Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

L'art au collège : Quels effets pour les élèves ? Un observatoire dans une classe expérimentale


Auteur(s) :  CHOQUET Céline

Date de soutenance :  2016

Thèse délivrée par :  Université Lumière-Lyon 2

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Sous la direction de :  Alain KERLAN

Jury de thèse :  Barrère, Anne ; Bordeaux, Marie-Christine ; Zaouche, Chantal ; Kerlan, Alain

 

"Cette recherche doctorale a pour axe l’élaboration et la mise à l’épreuve d’un modèle évaluatif de l’éducation artistique centré sur les effets de l’art et les normes d’un atelier. Au cœur de ce modèle  : la « pédagogie » de l’artiste et sa relation avec l’élève, s’adressant à un sujet à part entière, visant à développer sa singularité et son autonomie au sein du collectif grâce à la création partagée. La thèse développe l'hypothèse d'une «  zone proximale de développement spécifique » (A. Kerlan, 2008) générée par le travail artistique et l'expérience esthétique dans une co-construction favorisant un processus de subjectivation pour le jeune, grâce à l’instauration d’un « espace de création » (D. W. Winnicott, 1975). Elle montre comment cette subjectivation passe nécessairement en atelier par un travail double de socialisation et d’individuation, dans les domaines cognitif, social et personnel. Sur le plan empirique, la recherche s’appuie sur les données recueillies dans le cadre d’un observatoire que l’on peut qualifier de microsociologique : il s’agit d’une classe artistique expérimentale, située dans un collège en zone d’éducation prioritaire, à Montpellier, ayant reçu des artistes professionnels en résidence durant quatre années, entre trois et six heures par semaine. Grâce à des méthodes qualitatives (observations directes d’un millier d’heures, films, photographies ainsi qu’une trentaine d’entretiens compréhensifs et semi-directifs) les résultats tendent à démontrer que la mise en place de résidences d’artistes sur la durée, à l’image de l’expérimentation longitudinale présentée dans la présente thèse, permet de proposer une éducation par l’art servant la formation de la personne dans son être global."

Abstract

Art at school : what effects for students ? observatory in experimental class

"This doctoral research has for main line the development and testing of an evaluative model of arts education focused on the effects of art and the standards of a workshop. The central issue of this model: the "teaching skills" of the artist and his relationship with the student, addressing a subject in itself, to develop its uniqueness and autonomy within the group through the shared creation. The thesis develops the hypothesis of a "zone of proximal development specific" (A. Kerlan, 2008) generated by the artistic work and aesthetic experience in a co-construction encouraging a process of subjectivation for the young, thanks to establishment of a "creative space" (Winnicott, 1975). It shows how this subjectivity necessarily going in the studio with a double work of socialization and individuation, in the cognitive, social and personal. Empirically, the research is based on data collected as part of an observatory that can qualify for the micro: it is an experimental artistic class, located in a college education area priority in Montpellier, having received professional artists in residence for four years, between three and six hours per week. Through qualitative methods (direct observation of a thousand hours, films, photographs and a thirty understanding and semi-structured interviews) the results suggest that the development of artists in residences duration, like the longitudinal experiments presented in this thesis, allows us to offer an education in art for the formation of the whole person be global."



URL :  http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2016/choquet_c/pdfAmont/choquet_c_these_udl.pdf


mot(s) clé(s) :  éducation artistique, collège