Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

Améliorer la compréhension de textes narratifs chez les élèves dyslexiques de CM2 : Le rôle des modalités de présentation


Auteur(s) :  VANDEBROUK DUWATEZ Geneviève

Date de soutenance :  2016

Thèse délivrée par :  Université Toulouse - Jean Jaurès

Section(s) CNU :  section 07 : Sciences du langage

Sous la direction de :  Hélène GIRAUDO & André TRICOT

Jury de thèse :  Bianco, Maryse ; Chaix, Yves ; Rey, Véronique ; Rossi, Sandrine

 

L’acquisition de la lecture, au-delà du décodage, nécessite la maîtrise d’un ensemble complexe de processus qui conduisent à la compréhension. Pour certains enfants, l’étape du décodage est imparfaitement franchie à cause d’un trouble spécifique de la lecture, communément nommé dyslexie. Les sujets dyslexiques représenteraient 5% de la population. Si la recherche a permis de mieux comprendre l’étiologie du trouble, la question de la prise en charge des élèves dyslexiques n’a pas donné lieu à beaucoup de travaux. L’objectif de cette thèse est de mesurer si d’une part, la modalité a un effet significatif sur les performances en compréhension de textes narratifs pour des élèves de CM2, d’autre part si la mise en relief de morphèmes peut avoir aussi un effet significatif. Trois expériences ont été menées sur la modalité de présentation des textes (présentation orale/écrite). Les résultats montrent que la modalité orale n’améliore pas les performances en compréhension des élèves dyslexiques. De plus, dans les trois expériences, les dyslexiques ont des performances inférieures aux normo-lecteurs, quelle que soit la modalité de présentation utilisée. Une expérience concernant la morphologie et manipulant le format de présentation des lettres écrites a donné les mêmes résultats non significatifs : la mise en relief des éléments saillants des mots n’améliore pas la compréhension. Le résultat principal de ces études est de mettre en évidence l’importance du paramètre temporel dans la réalisation des tâches de compréhension pour les enfants dyslexiques. Ces résultats corroborent certaines données issues des recherches menées dans le cadre de la théorie de la charge cognitive et sur la mémoire de travail, notamment le modèle TBRS (Time-Based Resource Sharing, modèle de partage temporel des ressources) de Barrouillet, Bernardin et Camos (2004). Des pistes de recommandations pédagogiques sont envisagées. 




mot(s) clé(s) :  enseignement primaire, besoins éducatifs particuliers, développement cognitif