Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

Pays : France       Langue(s) : français 

Chroniques de l’Éthnicité quotidienne : La construction des processus ethniques chez les Maghrébins français


Auteur(s) :  BRUNEAUD Jean-François

Date de soutenance :  2003

Thèse délivrée par :  Université Bordeaux-Segalen

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Discipline(s) :  Sciences de l'éducation

Sous la direction de :  Eric DEBARBIEUX

  Tout au long de cette thèse, nous cherchons à démontrer que les processus ethniques sont des constructions sociales qui s’élaborent en partie au cours des interactions les plus banales de la vie quotidienne. Nous avons pour cela choisi de nous intéresser à la population maghrébine dont nous donnons une définition dans le contexte contemporain français. Dans cette optique, nous effectuons un détour par l’histoire afin de saisir les liens existant entre la colonisation, l’immigration et l’ethnicisation. Après avoir repéré les diverses théories de l’ethnicité et tracé un cadre théorique s’appuyant sur une sociologie constructiviste, nous avons choisi une méthodologie croisée. Ainsi, à l’aide d’un questionnaire pour lequel nous avons recueilli 218 réponses, nous tentons, à travers l’analyse des pratiques, de comprendre la nature des identités maghrébines. Les 41 entretiens semi-directifs de recherche et de nombreuses observations ethnographiques participent à une meilleure compréhension de la construction d’une ethnicité appréhendée à partir des interactions quotidiennes des acteurs. À travers le discours des enquêtés, nous pouvons saisir le sens qu’ils donnent à leurs actions et à leurs pratiques ainsi que la façon dont ils vivent et interprètent leurs interactions quotidiennes dans l’espace privé et la sphère publique. Pour cela, nous nous penchons sur deux institutions socialisatrices : la famille et l’école. Ainsi nous démontrons que l’ethnicité se construit avant tout dans des rapports de domination et souvent dans une logique où les causes sociales, économiques, culturelles et religieuses font l’objet de confusions et d’amalgames générateurs d’ethnicité. Enfin, nous tentons de montrer que l’ethnicité, loin d’être toujours négative et menaçante, peut constituer un élément positif d’intégration des groupes dominés et participer positivement au processus de mutation consécutif à la crise du modèle républicain d’intégration.