Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

Pays : France       Langue(s) : français 

La biologie entre opinions et connaissances : conceptions d'enseignants et d'étudiants libanais sur le cerveau et son épigenèse, et sur d'autres déterminismes génétiques /épigénétiques


Auteur(s) :  ABOU TAYEH Paula

Date de soutenance :  2003

Thèse délivrée par :  Université Claude Bernard-Lyon 1

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Discipline(s) :  Sciences de l'éducation

Sous la direction de :  Pierre CLEMENT

  Les biologistes insistent désormais sur l'importance des processus épigénétiques. L'analyse des conceptions d'étudiants et enseignants libanais sur ces questions est essentielle pour fonder leur introduction dans les nouveaux programmes d'enseignement. Nous présentons d'abord le contexte de cette recherche : connaissances récentes sur le cerveau et son épigenèse, notions de Didactique de la Biologie utilisées, et situation du Liban où cohabitent diverses traditions confessionnelles. Méthodologie : un questionnaire de 4 pages, d'abord testé sur 48 étudiants libanais à Paris, a été ensuite proposé au Liban à 150 enseignants et à 356 étudiants. Le chapitre 4 reproduit trois travaux déjà publiés. Les chapitres 6 et 7 présentent et analysent toutes les réponses au questionnaire, question par question ; des tests de Chi2 comparent les échantillons en fonction des paramètres contrôlés. Il en ressort trois types de conclusions. 1 - Confirmation de résultats déjà connus : primat des opinions sur les connaissances ; conceptions conjoncturelles ; prégnance du dualisme cartésien ; méconnaissance de l'épigenèse cérébrale. 2 - Des caractéristiques propres aux libanais interrogés : fréquence des références aux croyances religieuses ; et fort héréditarisme : déterminisme génétique, thèses craniologiques. 3 - Certaines influences des paramètres contrôlés. Un effet de générations : chez les plus âgés : sexisme et héréditarisme plus forts ; conceptions plus anatomiques que fonctionnelles sur le cerveau. Un effet des disciplines : les littéraires croient plus à diverses prédispositions génétiques. Un effet du sexe : les femmes sont plus anti-sexistes et croient moins aux différences cérébrales; les hommes croient plus aux prédispositions génétiques de la virtuosité au violon. Finalement peu de différences sont clairement liées aux confessions. La plus probable concerne une plus grande réticence des musulmans à dessiner un cerveau.