Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Dernières mises à jour » Détails de l'étude ou du rapport

     Langue(s) : français 

Parcoursup : quelles sélections à l'entrée dans le supérieur ?


Auteur(s) :  Leïla Frouillou

Editeur(s) :  Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris - CRESPPA

Date :  04/2021

 

Cette conférence d’ouverture aux journées du longitudinal de 2020 s’appuie sur plusieurs recherches récentes autour de la question de la sélection et du dispositif Parcoursup, introduit en France à la rentrée 2018 pour gérer l’affectation dans l’enseignement supérieur. Avec Clément Pin et Agnès van Zanten (Frouillou et al., 2019 ; Frouillou et al., 2020), nous avons mis en évidence les logiques soutenant la mise en place de ce dispositif, et la diversité des appropriations locales des processus de sélection par les universitaires. Avec Fanny Bugeja-Bloch et Marie-Paule Couto, nous travaillons avec une approche plus monographique, sur la mise en place de Parcoursup dans un établissement universitaire de la région parisienne, et ce qu’elle implique pour les équipes pédagogiques, les services de scolarité et les étudiant·es inscrit·es. Avec Mathieu Rossignol Brunet, nous sommes au début d’une recherche sur les effets de Parcoursup en termes de stratification scolaire des recrutements pour les formations des régions parisienne et toulousaine. À partir de ces différentes approches, il s’agit dans ce texte de présenter quelques pistes de réflexion pour éclairer, j’espère, les travaux publiés suite à ces journées du longitudinal. Je voudrais d’abord rappeler rapidement que l’usage du mot « sélection » en lien avec Parcoursup n’est pas une évidence et qu’il s’agit d’un enjeu politique dans le contexte français. Ce faisant, je reviendrai sur quelques caractéristiques de ce système d’enseignement supérieur. Ensuite, je proposerai un cadre d’analyse des sélections à l’entrée de l’enseignement supérieur français, en distinguant la sélection comme procédure institutionnelle, la sélection comme tri socio-géographique et la sélection comme élément de l’idéologie méritocratique. Enfin, en conclusion, je proposerai quelques pistes méthodologiques, autour des données mobilisables et de l’intérêt des approches localisées ou comparatives pour comprendre le fonctionnement de Parcoursup.



Télécharger le document :  https://halshs.archives-ouvertes.fr/.../document


mot(s) clé(s) :  enseignement supérieur, orientation scolaire, relation formation - emploi