Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Agenda des colloques » Détails du colloque

Pays : France  Langue(s) : français 

L’esprit musicien et la forme scolaire


Date :  du 12-01-2020 au 14-01-2020

Lieu :  Metz

Organisation :  Réseau cognition musique société enseignement santé - RECOMUSES

En bon oxymore, la formule séduit et donne à penser. Mais pourquoi ? Que dit-elle et à qui ? Sur quels consensus – dicibles ou pas – fonde-t-elle sa dynamique de contradiction ? Voit-on tous bien la même chose ici et pourquoi ?

Nos journées d’étude travailleront à librement questionner l’obscure clarté qui nous tombe de cette formule. Cet « esprit » doit-il insuffler une dose minimale de déviance chez un élève dont l’idéal serait d’intégrer parfaitement les normes d’un système éducatif ? Ou s’agit-il au contraire pour un enseignant chez qui « être scolaire » serait paradoxalement péjoratif, de rêver aux valeurs supérieures d’implication, d’autonomie, de créativité et de synthèse portées par la figure moderne de l’artiste ? Cette « forme scolaire » offrirait-elle un cadre sécurisant – voire épanouissant – aux incertitudes de la transmission et de la réception d’un objet culturel aussi ineffable et difficile à apprivoiser que la musique ? Ou s’agit-il pour un artiste dont l’identité et le temps se dissoudraient faute de mieux dans une institution éducative, de rêver à quelque travail passionnant et libre sur son cœur de métier idéal ?



Programme : 

Et quel divin soupir, quelle émanation des corps de métier, quelle disposition particulière de l’intelligence attend-on d’un musicien qui a « de l’esprit » ? Ou d’un élève « musicalement éduqué » ? A quelle porte le futur enseignant de musique doit-il frapper pour trouver une formation qui ne laisse pas sa raison en jachère face aux évolutions de son insertion professionnelle ?

Et quelles sont les formes d’intervention possibles d’une « école » dans le champ de la transmission d’une expérience symbolique, esthétique ou ascétique ? Comment une école de musique marie-t-elle des savoirs faisant autorité – et lesquels ? – avec la valorisation sociale croissante de l’expérience intime des individus ? Comment unit-elle dimension universitaire et régime vocationnel ; obligation de formation normative et valorisation des positions transgressives ? Y pense-t-on en termes de distinction sociale, de rapports aux savoirs, de capital culturel, d’antagonisme entre « culture froide » et « culture chaude » ? Y pense-t-on en termes de jugement de goût, de finalité sans fin ou d’identité narrative ? En termes de mythes fondateurs, de rites de passage ou d’appartenance ? Et, dans cette « école », pense-on encore bâtir ici avec Condorcet une vérité négociée et argumentée dans une parole partageable qui permette de ne plus suivre « en esclave » la vérité révélée ou décrétée par son maître ?

Conditions de soumission : Les communications sont ouvertes à tous les acteurs impliqués dans les processus de formation en musique (chercheurs, enseignants, artistes, étudiants ; enseignement général ou spécialisé…).

Les formats d’intervention d’une durée de 15 à 30 minutes sont libres (communication de recherche empirique ou de synthèse théorique, communication professionnelle avec témoignage de pratique ou d’expérimentation sur support vidéo/audio ou avec mise en situation d’élèves en direct…) mais gagneront à prévoir leur double questionnement théorique et pratique ainsi qu’un auditoire intégrant les étudiants du Pôle Musique et Danse de l’ESAL.

Les propositions devront être transmises par courriel au comité d’organisation dont les adresses suivent sous forme de résumé (2000 caractères maximum) accompagnés, si nécessaire, de références bibliographiques avant le 1er octobre 2019 à Laurent Guirard (laurent.guirard[a]univ-orleans.fr); Caroline Cueille (ccueille[a]esalorraine.fr).



URL :  http://recomuses.com/.../


mot(s) clé(s) :  éducation artistique