Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

Pour une éducation sensible : le circuit du Sensible au cœur de la relation pédagogique


Auteur(s) :  PERES Valérie

Date de soutenance :  2020

Thèse délivrée par :  université Paris Nanterre

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Sous la direction de :  Dominique OTTAVI

Jury de thèse :  Gilles Boudinet ; Arnaud Dubois ; Laurence Gavarini ; Dominique Ottavi

 

"L’objet de ce travail est d’étudier le rôle de la relation sensible au cœur de la relation pédagogique en croisant deux domaines, la phénoménologie et la psychanalyse. J’ai analysé, dans une perspective clinique d’orientation psychanalytique, des situations et événements observés dans ma pratique d’enseignante et de psychopédagogue. A partir de cette expérience de terrain, j’ai élaboré théoriquement la relation sensible en appréhendant celle-ci comme un circuit. Dès lors, j’ai nommé ce processus le circuit du sensible en mettant au jour ce qui était au fondement de ce circuit à savoir la pulsion et la relation d’objet médiée par la relation entre parents et enfants. En me référant à la notion de holding et de transfert didactique (Blanchard-Laville, 2002), j’ai développé l’idée que ce circuit du Sensible se retrouvait au sein de la classe et de la relation pédagogique. A partir de cette élaboration théorique, je me suis interrogée sur l’incidence que pouvait avoir un objet particulier qu’est l’objet connecté sur le circuit du sensible. Pouvait-on considérer que se jouait une perte du Sensible (Haroche, 2007), une catastrophè du Sensible (Stiegler, 2007) ? Pour ma part, j’ai fait l’hypothèse que se développait un nouveau circuit du Sensible dénommé insensible sensibilité par lequel se mettait en place un nouveau régime de prescriptions et un nouveau type de relations entre individus. A l’origine de ce changement paradigmatique, j’ai ciblé, non pas l’irruption des réseaux sociaux numériques, mais un changement des relations entre parents et enfants. Les enfants ont été progressivement coupés du monde adulte provoquant une dégradation des relations intergénérationnelles et de son corollaire, l’attention, engendrant ainsi méfiance. En revanche, j’ai défendu la thèse que l’objet connecté est venu compenser ou répondre à ce délitement des relations intergénérationnelles en créant un Moi-peau groupal et « un effet bunker ». En effet, les réseaux sociaux numériques ont permis l’instauration d’une protection groupale protégeant la population adolescente marquée par un sentiment de méfiance vis-à-vis de la génération précédente.  "

For a sensitive education : the sensitivity circuit within the pedagogical relationship

"The purpose of this research is to study the role of the sensitive relationship at the heart of the pedagogical relationship by crossing two domains, phenomenology and psychoanalysis. I analyzed, from a clinical perspective of psychoanalytic orientation, the situations and events observed in my teaching and psychopedagogical practice. From this field experience, I theoretically developed the sensitive relationship by apprehending it as a circuit. From then on, I called this process the circuit of the sensitive by bringing to light what was at the foundation of this circuit namely the drive and the object relationship mediated by the relationship between parents and children. Referring to the notion of holding and didactic transfer (Blanchard-Laville, 2002), I developed the idea that this Sensible circuit was found within the classroom and the educational relationship. From this theoretical elaboration, I wondered about the impact that a particular object that the connected object could have on the circuit of the sensible. Could we consider that a loss of the Sensible was played out (Haroche, 2007), a catastrophy of the Sensible (Stiegler, 2007) ? For my part, I made the hypothesis that a new circuit of the Sensible called insensitive sensibility developed by which a new regime of prescriptions and a new type of relations between individuals was put in place. At the origin of this paradigmatic change, I targeted, not the irruption of digital social networks, but a change in relations between parents and children. The children were gradually cut off from the adult world causing a deterioration of the intergenerational relations and its corollary, the attention, thus engendering mistrust. On the other hand, I defended the thesis that the connected object came to compensate or respond to this disintegration of intergenerational relations by creating a group-skinned ego and a "bunker effect". Indeed, digital social networks have enabled the establishment of a group protection protecting the adolescent population marked by a feeling of mistrust vis-à-vis the previous generation. "



URL :  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02892034/document


mot(s) clé(s) :  psychologie de l'éducation, philosophie de l'éducation