Veille et analyses de l'ifé

Entre recherches et pratiques

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

Perceptions de soi, anxiété et réussite scolaire : l'apprentissage du langage écrit


Auteur(s) :  POUILLE Jeremy

Date de soutenance :  2016

Thèse délivrée par :  Université Grenoble Alpes

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Sous la direction de :  Pascal BRESSOUX

Jury de thèse :  Bressoux, Pascal ; Fenouillet, Fabien ; Morlaix, Sophie ; Pansu, Pascal ; Toczek, Marie-Christine

 

"Bien que les données soient relativement rares, les élèves français semblent particulièrement anxieux en milieu scolaire (OCDE, 2014). Parallèlement, un grand nombre d’entre eux présentent d’importantes lacunes dans la maitrise des savoirs élémentaires, notamment en compréhension de l’écrit (OCDE, 2011), habileté pourtant indispensable à toute forme d’apprentissage comme à l’insertion sociale et professionnelle. Ce double constat fonde le présent travail. En effet, nous nous interrogeons sur le rôle joué par l’anxiété dans la variabilité des acquisitions des élèves en lecture. Si la littérature sur les anxiétés académiques compte d’innombrables travaux relatifs à l’anxiété face aux mathématiques (e.g., Ashcraft & Moore, 2009) ou en contexte évaluatif (e.g., Pekrun & Stephens, 2015), aucun d’entre eux n’envisage l’existence d’anxiétés spécifiques à la lecture ou à l’environnement scolaire, plus largement. Nous avons précisément choisi de nous acquitter de cette tâche et de rendre compte de leurs effets au plan des performances en compréhension écrite et en fluence de lecture. Pour cela, nous avons mené deux études longitudinales impliquant plusieurs centaines d’élèves de CM2 et de 6ème. Dans la première, nous avons eu recours à des modélisations multiniveaux et avons montré que l’anxiété à l’égard du contexte scolaire entretient une relation quadratique avec la compréhension écrite à la fin de l’école primaire. Nous avons, de plus, montré que les croyances d’efficacité personnelle pouvaient partiellement médiatiser cet effet. Dans la seconde, l’usage de modèles multiniveaux de croissance nous a permis de révélé que l’anxiété en lecture conditionne le rythme de progression des performances en fluence des élèves suivis en CM2 et en 6ème"

Abstract

"Self-perceptions, anxiety and academic achievement : the case of written language acquisitionAlthough data are quite rare, French pupils seem particularly anxious in school (OCDE, 2014). A significant number of them also show important gaps in elementary abilities – such as written comprehension (OCDE, 2011) – that are yet crucial for any form of learning as much as for social and professional insertion. The present research emerges from both these observations. We interrogate the effect of anxiety on the variability of students’ acquisitions in reading. Numerous research have been lead on academic anxiety related to mathematics (e.g., Ashcraft & Moore, 2009) or evaluation context (e.g., Pekrun & Stephens, 2015). But none have considered the existence of specific anxieties related either to reading or to academic environment. We tackle this task by giving an account of the effects of these two specific academic anxieties on reading comprehension and reading fluency. To do so, we led two longitudinal studies involving several hundreds of 5th and 6th graders. In the first study, we used multilevel models and have shown that anxiety related to academic context has a quadratic relation with reading comprehension at the end of primary school. Moreover, we have shown that self-efficacy beliefs could partially mediate this effect. In the second study, the use of growth curve models underline that anxiety related to reading helps to predict, for the pupils followed up in 5th and 6th grade, the rhythm of progression of their fluency performances."



URL :  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01478329/document


mot(s) clé(s) :  psychologie de l'éducation, réussite scolaire